Trésors de la BnT

La BnT recèle un trésor riche, constitué de manuscrits, d’importantes collections de périodiques et de livres rares.

  Manuscrits

La BnT conserve un fonds de manuscrits rares et précieux, fruit de plus de dix siècles d’accumulation scientifique et cognitive   (du 10ème au 20ème siècle).

Le fonds des manuscrits a connu un accroissement pour atteindre actuellement 40000 titres.

il varie en fonction des thèmes suivants :

– Manuscrits des sciences religieuses de la Charia’ : Coran, Hadith, Herméneutique,  Exégèse, Monothéisme, Soufisme, Biographies, Jurisprudence, Théologie…

–  Manuscrits de langue et littérature : grammaire et conjugaison, rhétorique, littérature, musique, prosodie

–  Manuscrits des sciences humaines : histoire, géographie, biographies, logique, philosophie, art de la politique…

–  Rhétorique et Méthodologie…

–  Manuscrits des sciences et techniques : sciences naturelles, médecine, pharmacologie, mathématiques, algèbre, astronomie…

Une grande partie des manuscrits du Coran et du Hadith se distingue par des enluminures, des dorures et des enjolivures géométriques, florales et scripturales, caractéristiques de l’école tunisienne dans l’art de la calligraphie, de l’ornementation et de la fabrication des parchemins.

  Périodiques anciens :

La BnT est pourvue en collections de périodiques tunisiens aussi anciens que précieux qui remontent au 19ème siècle. Ils se distinguent par la diversité de leur contenu (politique, humoristique, littéraire, scientifique, régional,…)

Nous en citons quelques titres:

 » Le Journal Officiel Tunisien qui est le premier journal national » (1860)

   » En-Nozha el-khayrya » (1874)

   » El-Hadhira » (1888)

   » Ez-Zohra » (1890)

   » La Dépêche tunisienne » (1889)

   » Revue tunisienne » (1894)

   » Le Tunisien,  premier quotidien publié par des nationalistes tunisiens en langue française (1907) puis en langue arabe » (1909)

   » La Tunisie illustrée » (1910)

   Monographies :

La Bibliothèque Nationale de Tunisie conserve un fonds volumineux de monographies, environ un million d’exemplaires, en diverses langues parmi lesquelles l’arabe, le latin, le perse, le berbère et plusieurs autres langues. Un certain nombre de ces exemplaires sont très précieux car ils sont datés de la fin du seizième siècle J.-C..Ce fonds est d’une importance capitale en raison de sa rareté et de la valeur scientifique de son contenu. Nous citons notamment :

– Canon de la médecine (« Al-Qânûn fi’l-Tibb » ) d’Avicenne (Ibn Sīnā) dans les versions arabe et latine.